Quatrième album de Stopi

Entre novembre 2014 et septembre 2016, j’ai réalisé les crayonnés des 44 planches de la bande dessinée Stopi « La septième porte ». Un travail de création réalisé sur la base d’un storyboard de Michel en utilisant la « méthodologie » déjà expliquée sur ce site. D’autres explications sont données sur notre autre site dans une page racontant l’historique de notre collaboration au projet « Stopi ».

Il aura fallu plus de deux ans pour réaliser ce quatrième album, mais les aléas de la recherche de budgets et le climat d’incertitude en résultant ont ralenti très fortement la production des dessins.

L’histoire débute dans un contexte de camp de vacances et nos jeunes héros vont d’emblée partir à la poursuite d’un membre de la secte de l’ennemi héréditaire. Ils continueront l’aventure et leur quête jusque dans les ruines qui ont vu naitre l’intrigue et ont été le décor de l’origine de ce conflit ancestral.

Ce nouveau récit a nécessité une documentation différente, plus variée et abondante que celle utilisée habituellement dans cette série. Les recherches sur les véhicules et les décors d’extérieur ainsi que l’architecture seront toujours nécessaires, mais il a fallu accumuler des documents sur la fin de l’antiquité et les villes romaines (et actuelles) d’Afrique du nord en complément du récit précédent. De plus un nouveau véhicule sous-marin est apparu dans l’histoire et pour lequel j’ai réalisé une modélisation 3d simple afin de faciliter sa représentation sous différents angles. Et oui, si on pas la documentation nécessaire, il faut la créer ou la recréer grâce à des modèles sous forme de maquettes à l’échelle ou virtuellement grâce à la modélisation. Bref, je passe quelque fois plus de temps en travail documentaire qu’en réalisation de dessins mais cela est nécessaire pour la véracité et l’authenticité des représentations et de manière générale cela permet de recréer des mondes plausibles.

Vous trouverez ci-dessous un échantillon de demi-planches, strips ou cases en présentation de cette nouvelle histoire du robot Stopi. Vous aurez ainsi droit à une découverte de l’ambiance du récit avant d’en découvrir davantage dans l’album imprimé. La visualisation de crayonnés permet d’accéder à l’envers du décor (sans jeu de mots) et à une certaine compréhension du travail de mise en place et de mise en scène de tous ces héros de papier.

Publié le